L’histoire de Murphy: un chien gratuit est-il vraiment gratuit?

Est-ce réellement une bonne affaire?

De plus en plus de gens adoptent des chiens, et c’est toujours un pari.

Vous pourriez gagner et vous retrouver avec le chien le plus merveilleux et facile du monde. L’animal parfait pour votre famille.

Ou bien, vous pourriez vous retrouver à devoir jongler des problèmes de santés et de comportement. On appelle affectueusement ces chiens là des «projets».

Si vous allez jouer, il faut être prêt à perdre, mais il faut surtout connaître les règles du jeu! Se retrouver avec un «chien projet» quand vous n’y êtes pas prêt, c’est une expérience difficile et qui brise le coeur.

Le facteur dont je veux vous parler aujourd’hui est d’où le chien vient.

Quand vous adoptez un chien, sa provenance est la toute première variable dans votre jeu de hasard: votre main de départ. Si on part avec des mauvaises cartes, c’est beaucoup plus difficile de gagner! Des fois, l’endroit où vous prenez votre chien n’a aucune mauvaise intention. Parfois, ils veulent vous berner.

Si vous réfléchissez à donner une deuxième chance à un chien qui se cherche une nouvelle maison, cet article est pour vous. Je vais vous parler d’un chien que j’ai eu en consultation récemment, dans l’espoir que ça évite à d’autres de vivre ce que mes clients ont vécu.

Je vais commencer par vous présenter notre chien démo, Murphy. Ensuite, on va passer, en ordre chronologique, toutes les mauvaises surprises qui sont apparues au fil d’environ deux mois. Je vais aussi vous pointer les «drapeaux rouges» qui auraient pu mettre la puce à l’oreille à mes clients que c’était risqué de prendre ce chien.

Une note rapide avant que vous lisiez cette histoire

Les (maintenant anciens) humains de Murphy ont gracieusement donné leur accord pour que je partage leur histoire. Pour conserver leur anonymat, tout le monde (incluant le chien) porte un faux nom. Je veux aussi mentionner que cette analyse n’est pas du caractère de Murphy, mais plutôt du processus d’adoption qui a mené à un mauvais match entre lui et la famille dans laquelle il s’est retrouvé. Murph reste un excellent chien qui n’a aucun blâme dans cette histoire et, dans d’autres circonstances, mes clients auraient sans doute été aptes à lui donner une merveilleuse vie.

A picture of Murphy, taken before he moved on to another family.
Murphy, peu de temps avant son autre changement de famille

Murphy et son ancienne-nouvelle famille

«Nous sommes tombés en amour avec Murphy dès qu’on l’a rencontré. Un chien tellement joyeux et amical, mais surtout très doux avec notre enfant. Sa première famille le donnait parce qu’ils avaient d’autres animaux et parce que sa taille faisait en sorte qu’ils n’avaient malheureusement pas le temps de s’en occuper. Ayant grandis autour d’animaux de compagnie, nous étions à la recherche d’un animal depuis quelques semaines et étions prêts à lui donner toute notre amour.»

-Rose (Traduction du texte original)

Drapeau rouge #1:
Les circonstances changent et parfois une famille doit prendre une décision déchirante pour le bien-être de tous. Il n’y a pas de question là dessus. Par contre, la raison qu’on a donner à Rose peut soulever des inquiétudes. Son ancienne famille avait-elle adopter le chien sans faire de recherches sur la taille et les besoins de la race? Se sont-ils fait mentir quant aux besoins du chien qu’ils adoptaient? Donnent-ils une fausse raison pour masquer les vrais problèmes qu’ils ont avec Murphy?

Voici notre premier signe que les cartes qu’on a ne sont peut-être pas aussi géniales qu’espéré.

Notre première rencontre

Rose et Jack, un couple marié avec une jeune fille, ont fait appel à mes services pour les aider avec Murphy. Lors de notre première rencontre, Rose était très heureuse de sa décision d’avoir donner une nouvelle maison à ce chien. Il y avait quelques situations frustrantes qu’elle voulait résoudre, mais elle considérait tout de même Murphy comme un bon choix pour sa famille. Pour une première rencontre, j’étais impressionné par le calme du chien et par ses comportements. On a quand même deux autres drapeaux rouges qui se sont pointés.

Problème de santé non-réglé

Drapeau rouge #2:
Le chien avait une infection à l’oreille assez intense, seulement une semaine après son arrivée chez Rose. Il est très peu probable que ce problème ait évolué aussi vite, ou que son ancienne famille n’ait pas remarqué le chien qui se gratte constamment l’oreille. Pas impossible, mais peu probable. Que son ancienne famille l’ait su ou non, c’était maintenant le problème de Rose.

Les cartes de ma cliente commencent à sentir mauvais.

Éducation de base manquante

«Comme c’était notre premier chien, la première semaine avec Murphy a été difficile. Nous avons réalisé qu’il avait un peu d’anxiété de séparation et, bien qu’il était social, il n’était pas propre à l’intérieur, tirait sur sa laisse et aboyait dès qu’il entendait un bruit dans le corridor. Nous avons fait appel aux services de Stéphane pour obtenir les outils nécessaire pour d’avoir une longue et heureuse vie avec Murphy.»

Drapeau rouge #3:
Il est parfaitement normal que certains chiens aient plus de difficulté à apprendre la propreté que d’autres. C’est aussi possible que ce soit le changement de maison qui ait causé une régression sur ce plan là, mais ce n’était pas que quelques accidents. On parle d’un grand Doodle de 8 mois, qui vient d’une famille avec plusieurs chiens. Le fait qu’il n’est pas propre soulève à nouveau des questions sur la qualité des soins qu’il recevait.

Nous sommes définitivement rendus avec des cartes «merdiques».

On décide de jouer malgré nos cartes

À ce moment là dans l’histoire, l’évaluation de Rose était plutôt exacte. Murph ne venait pas quand on l’appelait, il tirait et devenait surexcité lorsqu’il voyait des chiens ou des gens, il était réactif à certains bruits et il avait besoin d’apprendre la propreté. Le plus gros problème pour Rose et Jack, par contre, était le fait que Murphy était incapable d’être laissé seul la nuit. On ne parle pas ici de quitter la maison; ce chien devenait anxieux si la porte de la chambre était fermée.

Beaucoup de choses sur lesquelles travailler, certes, mais rien de très compliqué à gérer. J’ai vu bien pire. Rose et Jack étaient très motivés et Murph semblait être un excellent élève, en plus d’aimer la nourriture. Je ne peux pas leur en vouloir d’avoir choisit de garder le chien et de travailler sur ses problèmes: ça ne me semblait pas du tout insurmontable! N’empêche que c’est une assez longue liste inattendue de problèmes à régler, sur un chien en pleine adolescence.

Problèmes avec le voisinage

Murphy était chez Rose depuis seulement une semaine lorsque je les ai rencontrés pour la première fois. Il n’avait donc probablement pas encore récupérer de tous les changements qu’il avait vécu. Son infection à l’oreille a potentiellement aussi affecté son comportement dans les premières semaines. Plus il se sentait confortable, plus son opinion des bruits dans le corridor est devenue claire. Ses aboiements, qui étaient avant rares et silencieux, sont devenus fréquents et bruyants. Les voisins ont donc commencer à faire des commentaires à propos du bruit.

Rose et Jack vivent en condo. De la porte et du salon, on peut entendre l’ascenseur, les portes des voisins, les gens et les chiens qui passent tout au long de la journée. Leur édifice était également en grandes rénovations. Beaucoup de mouvements et de bruits, de manière fréquente. Murphy n’aimait pas ça, du tout. Si Murph n’avait jamais été exposé à ce genre de bruits, il est complètement normal qu’il ait réagit de cette façon. Reste que ce qui était relativement bas dans notre liste de priorité est soudainement devenue un enjeux pressant.

Bien que ce changement posait un défit additionnel, Rose et Jack étaient toujours d’attaque. Il leur a fallu un peu de temps pour trouver une routine d’entraînement fiable, mais ils y sont arrivé et Murph progressait à une vitesse plutôt raisonnable.

Alors qu’est-ce qui s’est passé?

La tuile nous est tombée dessus

«7 semaines après l’avoir adopté, Murphy a soudainement développé de l’anxiété de séparation sévère. Il aboyait constamment et détruisait la maison dès qu’on le laissait seul pour faire les courses. Ce fût une surprise, puisqu’il avait été très calme lorsque seul à maintes reprises.»

Murphy, qui avait été laissé seul plusieurs fois et avait été très à l’aise avec ça, a commencé à prendre panique lorsque Rose et Jack quittaient la maison.

C’est arrivé deux fois en quelques jours, causant suffisamment de bruit pour que les voisins décident que s’en était assez.

«Malheureusement, les crises de Murphy ont menée à ce que nos voisins appellent la police et menacent de faire une plainte et demander qu’on nous remette des contraventions pour le bruit s’il aboyait à nouveau. Nous avons réaliser que pour bien contrôler les aboiements et pour travailler son anxiété de séparation, il faudrait éliminer nos absences complètement (nous travaillions déjà de la maison). Après avoir peser le pour et le contre, nous avons pris la déchirante décision de lui trouver une nouvelle famille, où il aura au moins un ami poilu pour le tenir compagnie en tout temps.»

Rose a contacté une autre famille qui était intéressée à adopter Murphy de sa première famille. Par chance, ils étaient toujours intéressés. C’est là que mon information sur Murphy s’arrête. J’espère sincèrement que d’avoir un autre chien avec lui aidera son anxiété de séparation, mais ce n’est absolument pas une chose certaine.

À quel point ce chien gratuit a-t’il été gratuit, au final?

Rose et Jack ont dépenser énormément d’argent et de temps pour tenter de régler des problèmes auxquels ils ne s’attendaient absolument pas, autant sur le point médical de comportemental. Tout ça en plus des dépenses de chien «prévisibles»: laisse, jouets, cage, lit, tout le tralala.

Tout ça pour, au final, faire face à un défi qu’ils ne pouvaient pas relever. Ils ont été forcés de replacer le chien. Des gens bien intentionnés, qui suivaient leurs devoirs, qui ont essayer jusqu’au bout. Rose et Jack étaient géniaux.

  • Ils ont fait venir un entraîneur dès les premiers signes de défis comportementaux
  • Ils sont pris rendez-vous chez le vétérinaire dès qu’ils ont vu que son oreille le dérangeait
  • Sous les conseils du vétérinaire, ils ont pris de la médication pour aider avec l’anxiété du chien face aux bruits et à la solitude
  • Ils ont fait de la gestion pour tous ses problèmes au mieux de leurs capacité pour éviter que ça n’empire
  • Ils ont entraîner leur chien presque tous les jours

Leur seule vrai erreur était le chien qu’ils ont choisit. Pas parce qu’il n’était pas un bon chien, mais parce qu’ils n’étaient pas prêts pour un «chien projet».

Ils ont mentionné peut-être vouloir un autre chien dans quelques années. Honnêtement, je ne leur en voudrait pas si cette expérience les menait à ne plus jamais avoir d’animal de compagnie.

Que faut-il retenir de cette histoire?

Ça peut arriver avec n’importe quel chien

Soyons clairs: je ne dis pas que vous ne devriez jamais adopter un chien qui se cherche une nouvelle famille à travers les réseaux sociaux, ou qu’un chien d’éleveur ou de refuge est garanti d’être sans problèmes. J’ai entraîner beaucoup de chiens. Certains des pires cas que j’ai rencontré venaient d’éleveurs dits «certifiés, avec des clients qui avaient tout fait comme il faut.

Même avec un éleveur de réelle qualité, il arrive parfois des événements complètement hors de notre contrôle qui font en sorte que le chien développe des troubles de comportement sérieux. Vous pouvez jouer votre «Straight Flush» avec toute la confiance du monde et vous faire avoir par une Flush Royale au final. Tout ce que vous pouvez faire, dans ce cas là, est de crier «C’EST PAS VRAI!» et de vivre avec.

En bon français: Shit happens.

Misez avec du jugement

Adopter un chien, c’est toujours un pari. S’il sera un bon ajout à votre famille, surtout au long de 10-15 ans de vie, est quelque chose que vous allez découvrir en vivant avec. Le fait que c’est un pari ne veut toutefois pas dire qu’on devrait se fermer les yeux et rouler les dés. Mon conseil est celui-ci: avant d’aller jouer au blackjack avec votre vie quotidienne, vos finances et votre bien-être général, apprenez à compter les cartes.

Il a y beaucoup de choses que vous pouvez faire pour vous mettre en situation de réussite. Il y a aussi une tonne de questions à vous poser et à poser à propos du chien que vous considérez adopter. Plus vous avez d’information avant de prendre le chien, le plus les chances seront bonnes qu’il sera le bon chien pour votre style de vie. Nous allons parler de tout ça dans les prochains mois!

Si vous avez besoin d’aide pour choisir votre prochain chien d’ici là, vous pouvez toujours nous contacter!

écrit par Stéphane Fiset, éducateur canin

Mis à jour le 2 janvier, 2024