Socialisation : Comment avoir un chiot à l’épreuve de tout

Adopter un chiot est un événement plutôt important. On a beaucoup de choses à préparer. Il faut ranger tous les objets qui traînent dans la maison, faire plein d’achats et, souvent, apprendre comment ces petites bêtes fonctionnent. Il y aura une très longue liste de choses à enseigner à votre chiot pour qu’il devienne un adulte équilibré. La socialisation est probablement l’étape la plus cruciale de toutes.

C’est lorsque le chiot est finalement avec vous que tout démarre. Beaucoup de choses vont devoir se produire, dont une particulièrement importante, l’entraînement. On a tendance à prioriser l’apprentissage de la propreté, à vouloir stopper les mordillements aussi vite que possible bien sur (aïe !), mais le vrai enjeu pour avoir un chien sain et serein dans le futur est sa socialisation.

Qu’est-ce que la socialisation et pourquoi est-ce important?

La socialisation n’est pas quelque chose qu’on fait, mais plutôt quelque chose qui se produit. Il s’agit d’une période précise du développement d’un chiot qui dure de 8 à 16 semaines, variant selon les races et individus.

Durant cette courte fenêtre de temps, le chiot en apprend beaucoup sur le monde. Ce qui est plaisant, ce qui ne l’est pas. Qui est un ami, qui ne l’est pas.

Si vous laissez votre chiot s’occuper de tout ça par lui-même, vous jouez à la loterie. J’aime bien jouer au poker de temps en temps, mais de laisser le bien-être d’un chiot au sort des cartes n’est pas une bonne idée. Ce qu’il faut plutôt faire, c’est avoir une approche très contrôlée. Il faut s’assurer que le nouveau membre de la famille rencontre et vit tout ce qu’il doit vivre, mais surtout que ça se passe à son rythme et de manière plaisante.

Dans ce guide, vous trouverez tout ce qu’il vous faut pour bien réussir la socialisation de votre chiot.

Ce qu’il ne faut pas faire

Lorsqu’on lit la définition de la période de socialisation, la première idée est souvent d’apporter le chien partout, tout le temps: au parc à chiens, dans une cour d’école, partout!

Ne faites pas ça.

La plupart des chiots apprennent que les choses font peur beaucoup plus facilement qu’ils apprennent qu’elles sont plaisantes. Vous devez y aller graduellement, surtout si vous avez une race qui est plus encline à développer des peurs. Si la socialisation c’était aussi simple que de lancer son chiot dans des situations, je n’écrirais pas un guide pour bien s’y prendre!

Les parcs canins sont une très mauvaise situation pour introduire votre chiot aux autres de son espèce. Beaucoup de chiens adultes n’ont pas de patience avec les chiots, il y a parfois des chiens agressifs dans ces parcs et même ceux qui sont gentils pourraient être un peu trop enthousiastes pour votre nouveau compagnon. Vous devriez attendre que votre chien ait au moins 6 mois et qu’il ait eu plusieurs bonnes expériences de jeu avant d’aller au parc à chiens.

Dans la même veine de pensée, apporter son chiot à une fête d’enfants et le laissé avec les jeunes sans supervision n’est pas recommandé. Votre chiot ne risque pas de grogner ou de mordre à cet âge, mais de se faire envahir sans arrêt par des enfants pourrait très rapidement mener à ce problème grave.

Comment s’y prendre correctement

Nous avons établi la période (de 2 à 4 mois) et quoi éviter à tout prix (forcer le chiot dans des situations trop difficiles pour lui). Voici maintenant le processus idéal.

Étape 1: Faire une liste

Voici une liste que nous avons mise au point pour vous guidez dans la socialisation de votre chiot :

Si vous souhaitez une liste plus spécifique à la vie que va mener votre chien, voici comment faire la vôtre:

La liste de socialisation tout le monde devrait inclure:

  • Bruits communs, soudains et effrayants
    • Tonnerre, feu d’artifice, véhicules d’urgences, construction, enfants qui crient, chiens qui jappent, planches à roulettes, les sons qui passent devant la maison (camion à ordures, déneigement)
  • Gens de tous types
    • Enfants, femmes, hommes (surtout avec barbe et grande carrure), gens en uniforme, gens d’une ethnicité différente de la vôtre, personnes âgées, gens avec des aides pour la mobilité (canne, chaise roulante, déambulateur), gens avec des chapeaux et autres items de forme bizarres (écouteurs, sacs à dos, sacs d’épicerie)
  • Chiens de tous types
    • Chiots, chiens qui veulent jouer, chiens qui ne veulent pas jouer, vieux chiens
  • Les éléments
    • Chaleur, froid, eau (nager, bain et pluie), neige
  • Endroits et atmosphères variés
    • Parc, rue passante, terrasse, bar, bureau du vétérinaire, boutique pour animaux

Selon où vous vivez et de ce à quoi votre chien sera exposé, vous pouvez aussi ajouter:

  • autres animaux (chats, oiseaux, chevaux, bétail, etc.)
  • sons particuliers (coup de fusil, train, avion, etc.)
  • situations particulières (être sur un bateau, prendre le métro ou le bus, compétition d’agilité)
  • toute autre chose à laquelle vous envisagez exposer votre chien durant sa vie!

Une fois votre liste faite, passez à travers celle-ci et prenez des notes: quels items ont déjà été rencontrés par votre chiot? Est-ce que ça s’est bien passé? Sinon, à quel point votre chien était-il inconfortable?

Étape 2: Entraîner le plus important durant la période de 8-16 semaines

Il est probable que vous n’aurez pas le temps de passer à travers toute la liste avant la fin de la période de socialisation de votre chiot. Pas de panique! Plus vous en faites, plus votre chien sera confiant, même avec les nouvelles situations. Par contre, il faut bien priorisé!

Utilisez la nourriture pour créer du plaisir

Certaines choses seront très faciles à rendre plaisantes, d’autres beaucoup moins.

En utilisant les croquettes de votre chiot et des récompenses de hautes valeur, vous aurez beaucoup plus de facilité à rendre plaisantes les choses qui font peur à votre chien.

L’ordre des événements est très important: vous voulez que votre chiot reçoive la nourriture après avoir interagit, avoir entendu ou avoir vu ce avec quoi vous travaillez.

Voici quelques exemples de bon et mauvais ordre:

Bon: Chiot voit un chien -> Bruits joyeux de l’humain -> Nourriture
Mauvais: Vous voyez le chien -> Nourriture -> Chiot voit le chien

Bon: Votre chiot monte sur ou s’approche d’une plaque en métal -> Bruits joyeux -> Nourriture sur la plaque
Mauvais: Vous placez de la nourriture très loin sur la plaque -> Votre chiot doit monter, essaie, ne réussit pas, s’éloigne et refuse d’y retourner
Acceptable: Vous placez de la nourriture sur le bord de la plaque -> Le chiot va la chercher -> Vous placez la nourriture un peu plus loin sur la plaque

Bon: Le chiot s’approche d’une personne avec une canne -> La personne sort un morceau de nourriture pour lui donner
Mauvais: La personne avec le bâton tient tend de la nourriture -> Le chiot approche -> La personne caresse le chiot avant de lui donner la nourriture (trop difficile!)
Acceptable: Personne avec canne tient de la nourriture -> Chiot approche -> Obtient la nourriture, puis a l’option de s’éloigner ou de rester pour en avoir plus

Priorité 1: Socialisation aux sons

Les phobies sonores sont très souvent les plus difficiles à régler une fois qu’elles sont installées. Nous voulons donc prévenir ce problème à tout prix.
La bonne nouvelle, c’est que vous pouvez faire la majorité de cette prévention du confort de votre salon.

Avertissez vous voisins avant de débuter! Nous allons monter le volume très haut, mais ça ne durera que quelques minutes à la fois.

Faites ce qui suit environ 5 minutes à la fois, quelques fois par jours:

  • Loin de votre chiot, allez sur Youtube et trouvez des sons appropriés pour chaque item de la liste
  • Préparez une portion du repas de votre chiot dans un bol sur la table près de vous
  • Connectez un haut-parleur ou système de son à votre appareil qui a accès à Youtube
  • Appelez votre chiot et gardez le un peu à distance des hauts-parleurs
  • Mettez le volume à 0%, démarrez la vidéo, puis augmentez le son doucement jusqu’à ce que votre chiot s’en rende compte
  • Dès que votre chiot tourne ou penche la tête, remarque le son de quelque manière qui soit, EXPLOSEZ de joie et commencez à le nourrir une croquette à la fois
  • Continuez de nourrir votre chiot sans arrêt tant que le son joue, puis arrêtez-le après quelques secondes et ensuite arrêtez de nourrir
  • Montez le volume et recommencez

N’oubliez pas d’aller au rythme de votre chien. S’il semble nerveux ou arrête de manger, vous avez monté le son trop vite! Si certains bruits sont plus difficiles pour votre chiot, utilisez de la nourriture de haute valeur!

Vous avez terminé cet entraînement lorsque vous pouvez faire jouer les sons très fort et que votre chiot ne réagit pas du tout. Mieux encore, il vient vous voir tout content!

Priorité 2: Socialisation aux inconnus

Prochain item sur la liste «ce problème peut vous rendre la vie misérable»: la peur des inconnus. Certaines races ont beaucoup de facilité à se méfier des gens qui ne font pas partie de leur famille. Nous voudrons donc mettre un effort accru pour ceux-ci. Les chiens de bergers et de protection sont les principaux à risque.

La meilleure manière de procéder: des gens qu’on connaît

Utilisons les enfants comme exemple, mais vous pouvez appliquer le principe suivant pour tous les types de personnes que votre chiot doit aimer à apprendre sur votre liste:

  1. Demandez à des amis qui ont des enfants plus vieux (environ 12 ans) s’ils peuvent venir vous visiter pour aider à la socialisation de votre chiot.
  2. La première fois que votre chien rencontre l’adolescent, regardez comment il réagit.
    • S’il semble incertain, ne le forcez pas à avancer. Laissez-le investiguer à son rythme et récompensez abondamment les actes de bravoure tels que le fait de s’approcher. Si votre chiot veut reculer vers un endroit plus sécuritaire, laissez-le faire. Si votre chiot semble inconfortable, mais ne bouge pas, encouragez-le à reculer!
    • Si, au contraire, votre chiot semble bien à l’aise, passez à l’étape suivante!
  3. Avant que votre chiot n’aille dire bonjour, donnez de la nourriture à l’adolescent et demandez-lui d’en donner au chien, un morceau à la fois.
  4. Si le chiot prend la nourriture sans problème, demandez à votre cobaye de bouger un peu plus, de faire du bruit, de jouer avec le chien.
    • Si votre aide ne connait pas les règles pour bien interagir avec un chien, assurez-vous qu’ils savent que de le prendre dans ses bras, lui faire un câlin, le coincer, le frapper ou tirer sur son poil ne sont pas des manières appropriées de jouer. Encouragez-le plutôt à lui faire faire des simples «Assis» et à le flatter doucement. Assurez-vous que les limites de votre chiot sont respectées.
  5. Répétez avec des enfants plus jeunes, plus imprévisibles.

La réalité est que ce n’est pas tout le monde qui a accès à plein de faux inconnus de tous âges

La plupart du temps, vous devrez y allez un peu plus abruptement qu’on ne le voudrait, sautant par exemple l’étape «jeune adolescent de 12 ans» et débutant avec un enfant de 6 ans parce que c’est tout ce que vous avez dans votre entourage, ou bien d’aller dans une aire de jeux pour enfants pour travailler cet item de votre liste.

Le processus est plus ou moins le même, mais avec une note importante: faites attention. Les étrangers vont souvent beaucoup moins se soucier de vos règles et des sentiments de votre chiot. Soyez prêts à protéger votre boule de poils et à intervenir si, par exemple, quelqu’un essaie de le prendre dans ses bras.

Voici des endroits où trouver des démographiques spécifiques:

  • Seniors: maisons de retraite (appelez d’avance!)
  • Gens avec mobilité réduite: maisons de retraire et devant les hôpitaux
  • Enfants: à la fin de l’école et dans les aires de jeux (avec l’accord et la présence des parents)
  • Gens en uniforme: poste de pompiers local, chantiers de construction

Priorité 3 : Socialisation aux chiens

Derniers sur la liste des «très difficile à éviter» sont les chiens. Même si vous ne prévoyez pas aller au parc canin et n’avez pas de chiens dans la famille, vous allez sans doute en croiser lors de vos promenades. Un chien qui perd le contrôle lorsqu’il en voit un autre, ce n’est pas très plaisant.

Encore une fois: n’allez pas au parc canin pour socialiser votre chiot.

Il y a beaucoup d’apprentissages à faire au niveau des interactions avec son espèce :

  • Pas de peur à avoir, peu importe la taille et la forme du chien:
    • Tout comme nous l’avons fait avec les étrangers, allez-y graduellement et au rythme de votre chiot!
  • Ce ne sont pas tous les chiens qui veulent joueret certains n’aiment jouer que de certaines manières
    • Vous aurez besoin d’apprendre à lire le langage canin. Lorsque votre chiot n’écoute pas les demandes d’espace d’un autre chien, retirez-le simplement de la situation pendant environ 30 seconds. Récompensez à fond lorsqu’il prend des pauses et écoute par lui-même!
  • Voir un chien ne veut pas toujours dire qu’on va interagir avec lui
    • Lorsque vous voyez un chien sur une autre rue, attendez que votre chiot le remarque, puis encouragez-le à continuer son chemin. Récompensez lorsqu’il le fait!
  • Dire bonjour ne veut pas toujours dire qu’on joue
    • Quand vous rencontrez un chien pendant vos promenades, laissez-les se dire bonjour (si ça semble sécuritaire) pendant 5-10 secondes, puis encouragez votre chiot à continuer son chemin et, encore une fois, payez lorsqu’il le fait. Faites attention avec le jeu en laisse, vous voulez que votre chien comprenne que les promenades c’est pour explorer et marcher!

Une bonne classe de maternelle vous donnera plusieurs opportunités pour travailler la portion «jeu et interaction», mais vous voudrez tout de même travailler les interactions en promenade. Vous pourriez proposer aux autres gens dans votre cours de vous rejoindre pour travailler ce comportement! Sinon, les chiens de la famille et d’amis qui ont un bon tempérament sont une autre bonne option pour faire ce travail.

Priorité 4: Tout le reste

Les endroits, la température, la noirceur et autre les autres items sur votre liste vont souvent se travailler simplement parce que vous irez à des endroits avec votre chiot. Vous devriez tout de même vous assurer de travailler quelques trucs spécifiques pour préparer votre chiot aux saisons à venir. C’est le temps de sortir votre liste et d’essayer de la terminer avant que la fenêtre ne se referme!

  • Apprenez à votre chien qu’être dans l’eau et prendre un bain est plaisant. Commencez avec une quantité infime d’eau dans une piscine pour enfants. Puis ajoutez-en peu à peu quand votre chiot est à l’aise.
  • Préparez votre chiot à la neige en écrasant des glaçons pour faire un sol froid sur lequel il pourra marcher.
  • Sortez tard le soir et dans la pluie, mais allez-y graduellement s’il le faut!

Que faire si mon chiot a toujours peur après la marque des 16 semaines ?

Selon l’âge de votre chiot au moment où vous lisez cet article, il est très probable que vous n’ayez pas le temps de tout faire. Il est aussi possible qu’après une très mauvaise expérience, votre chiot ne soit pas encore rétabli malgré vos efforts.

Votre chiot a déjà plus de 16 semaines ? Tous les conseils donnés ici peuvent toujours être utiles pour aider votre chiot à être plus à l’aise. Il vous faudra, par contre, probablement plus de temps et d’outils pour y arriver.

L’urgence de continuer le travail dépend de ce qui fait peur à votre chiot. S’il n’aime pas l’eau, c’est relativement facile d’éviter d’aller nager. S’il aboie envers les inconnus, vous voudrez régler ça avant que le problème ne devienne pire.

Vous avez l’impression que les choses ne bougent pas ou qu’elles vont dans le mauvais sens ? Faites rapidemment appel à l’aide d’un professionnel.

Des questions? Écrivez-nous!

écrit par Stéphane Fiset, éducateur canin

Mis à jour le 1 janvier, 2024